Retour à la page d'accueil
Contact

Cheminement pédestre dans une zone humide à Saint-Wandrille-Rançon

La zone humide de Saint-Wandrille-Rançon

Des démarches avaient déjà été entreprises lors du mandat précédent : achat de parcelles à la Sté Révima, volonté de créer un terrain de football avec le local « lavoir » aménagé en vestiaires, élaboration d’un parcours de santé sur les 4 ha.

Mais c’était sans compter sur les lois qui régissent les zones humides. Les directives de l’Etat et l’Europe protègent ces lieux et tout projet situé dans ce contexte doit recevoir l’aval des services de l’Etat. Esquisses et études menées ne permirent pas l’aboutissement du projet qui fut rejeté.

Il fallait revoir notre copie.

Le président du club sportif abandonna l’espoir de réaliser un terrain de football et nous nous tournâmes vers la « mise en valeur » de la zone humide.

Deux problèmes vinrent alors se greffer sur le secteur : La remise en eau de la Fontenelle dans son lit fossile. L’extension de la zone d’activités du port maritime (SLD, TOLSA…)

La page du passé est tournée. Engageons nous vers l’avenir en présentant les projets en cours.

Il en ressort que le projet est viable, pourvu que l’on suive les préconisations de l’Etat : Réaliser un cheminement piétonnier à proximité de l’ancien bras perché (éventuellement jusqu’à l’abbaye, par le biais de conventions).

Mettre en valeur pédagogiquement avec l’aide du Parc, cette zone et utiliser le bâtiment pour les enfants.

Créer une mare au point le plus bas.

Assurer le nettoyage du terrain en y faisant paturer des animaux.

Enlever le merlon (plus de 2000 m3) pour remblayer la zone d’activités.

En effet, toute occupation d’une zone humide nécessite des compensations. Nos terrains correspondaient, pourvu qu’ils restent en zone humide ou qu’on en améliore la qualité, servant ainsi de monnaie d’échange au développement de la zone d’activités.

Samuel Craquelin, architecte paysagiste, qui a amplement fait ses preuves sur la région et ailleurs, fut chargé de dresser une esquisse.

Pour que le projet ne rencontre pas à nouveau des obstacles, une grande réunion officielle avec les partenaires concernés s’est déroulée le 15 décembre 2010, en mairie de Saint Wandrille Rançon.

Partenaires : la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement et de l’Aménagement du Littoral), le PNRBSN (Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande), SMBV Caux Seine (Syndicat Mixte des Bassins Versants), Caux Seine Développement, CVS (Communauté de Communes Caux Vallée de Seine), l’architecte paysagiste et une partie de l’équipe municipale.

 Si ce projet voit le jour, les habitants de Saint-Wandrille-Rançon pourront ainsi s’approprier ce morceau de territoire et en comprendre l’équilibre environnemental.

Retour en haut de page